Mon médecin traitant, mon partenaire

En plus du médecin infectiologue qui s’assure que votre infection est sous contrôle, il est important que vous soyez suivi par un médecin généraliste qui veillera sur votre état physique et psychologique de manière globale. Vous êtes le principal acteur de votre santé et ce professionnel de santé doit devenir un véritable partenaire.

Si votre médecin infectiologue est en première ligne pour vous aider à contrôler le virus et à préserver votre santé, il est important d’être également suivi par un médecin généraliste : il sera probablement plus disponible que votre spécialiste à l’hôpital et vous pourrez donc, si vous ressentez des troubles ou si vous avez des questions, plus facilement obtenir rendez-vous avec lui.

A quoi sert un médecin traitant ?

En effet, au-delà de la formalité administrative (avoir un médecin traitant est obligatoire pour la Sécurité Sociale), ce médecin sera une source précieuse d’informations et de suivi. En cas de problème de santé, il pourra, s’il le juge nécessaire, vous prescrire des examens complémentaires et vous orienter vers un spécialiste, tel qu’un psychologue, un kiné ou encore un dermatologue.

Sauf s’il est spécialiste du VIH, votre médecin traitant ne vous prescrira pas votre thérapie antirétrovirale. En revanche, il pourra renouveler l’ordonnance pour votre traitement ARV et vous prescrire les examens complémentaires que votre état de santé pourrait nécessiter. Si vous développez une pathologie particulière, il pourra vous prescrire des médicaments après s’être assuré qu’ils sont compatibles avec votre traitement ARV.

Pas spécialiste du VIH mais informé sur le sujet

En choisissant ce médecin (ou si vous le connaissez déjà de longue date), il est important de vous assurer que celui-ci a des connaissances sur le VIH et qu’il est en relation avec l’infectiologue qui vous suit. 

Malheureusement, tous les médecins généralistes n’ont pas suivi de formation spécifique pour le VIH et certains ont même des connaissances assez limitées en la matière. Si votre médecin traitant ne semble pas particulièrement informé sur le sujet et que vous pensez que cela peut nuire à votre suivi ou si cela entame la confiance que vous avez en lui, il peut être intéressant d’en chercher un autre.

Vous pouvez consulter notre annuaire des médecins séro-responsables pour en trouver un près de chez vous.

L’engagement des patients comme acteurs de la santé

© Radio Vivre avec le VIH – Comité des familles

Faut-il révéler votre statut sérologique à votre médecin traitant ?

Pour assurer au mieux votre suivi, il semble important que votre médecin traitant soit informé de votre statut sérologique. Mais peut-être avez-vous des réticences à le lui en faire part : par crainte de son jugement ou, peut-être, parce qu’il est également le médecin de membres de votre famille qui ne sont pas au courant de votre statut sérologique.

Sachez que tout médecin est tenu au secret médical et qu’il encourt des sanctions s’il révèle des éléments sur votre santé sans votre consentement. Si vous doutez tout de même qu’il gardera cette information secrète, il vous faut peut-être envisager de trouver un autre médecin qui ne connaît pas vos proches et qui pourra assurer votre suivi dans de meilleures conditions.

Parler de votre sexualité avec votre médecin

Votre médecin ne s’intéresse pas aux détails de votre vie intime. Cependant, votre sexualité est une composante de votre santé. Si vous rencontrez des difficultés dans cette sphère, il est important que vous vous sentiez libre d’en parler avec lui. Problèmes d’érection si vous êtes un homme, douleurs lors des rapports si vous êtes une femme, blocages psychologiques… Votre médecin généraliste est là pour vous aider à trouver les solutions qui vous conduiront vers une sexualité épanouissante, tant d’un point de vue physique que psychologique.

Idéalement, vous devez donc vous sentir libre de parler de votre sexualité, y compris si celle-ci n’est pas « banale ». Si vous avez le sentiment qu’à l’évocation de vos pratiques, votre médecin n’a pas une approche respectueuse, il pourrait être judicieux de trouver un autre professionnel pour cela ou de consulter un autre soignant en qui vous avez confiance. Il peut s’agit d’un infirmier, d’un psychologue, d’une sage-femme… Vous pouvez également prendre rendez-vous avec un sexologue spécialisé dans le VIH.

Il est important que vous entreteniez une relation de confiance avec les médecins qui vous suivent, en ville ou à l’hôpital. Vous devez vous sentir libre de leur poser toutes vos questions et d’aborder avec eux tous les sujets. Cela vous aidera véritablement à devenir acteur de votre santé.